images

La technique, le muscle, le pad, le ciam…

Une fois de plus, y’a tout dans le titre (je sais pas qui fait les titres de ce blog, mais c’est vraiment à propos). A propos, je vous propose de parler un peu de TECHNIQUE. Bien sur, étant en pleine rentrée du Ciam, je suis concentré sur la problématique de prendre les nouveaux élèves exactement là où ils sont, et les mettre :

– sur les rails, mais surtout dans la bonne direction !

– leur apprendre à pédaler tout seul. je veux dire leur apprendre dès maintenant comment se débrouiller l’an prochain, quand ils ne m’auront plus sur le dos.

Comment ? Quelques idées

Première chose : assainir la technique, ils ont souvent un ou plusieurs défauts de positions, ils veulent souvent forcer la baguette à faire des mouvements inutiles. Un gars qui fait un beau frisé, un beau roulé et des beaux moulins avec accents, en doubles croches à 70 à la noire, est prêt ! Y’a plus qu’a se muscler un peu et c’est parti !

J’aime bien organiser la chose technique comme ça :

1 – Basics (prononcez Baïzixces, c’est américain, ça fait plus sérieux) : ce sont des exercices de frisés et roulé, éventuellement moulin, le but du jeu c’est la vitesse mais surtout le CONTROLE

2 – Rudiments : les rudiments suisses et américains, bien sur rigodon et diane et tout ça. Pour ça, mon truc, c’est d’apprendre par coeur le RUDIMENTAL RITUAL de ALAN DAWSON.

3 – Phrases – développer des systèmes techniques de lecture et des systèmes d’improvisation avec par exemple des moulins.

 

Je reviendrai sur les parties 2 et 3, mais tant que je suis à la première partie avec mes gars du Ciam de cette année, allons-y… en direct comme si vous y étiez :

Dans les « basiques » on veut développer les muscles : contrôle et vitesse. C’est un entrainement journalier ! c’est un entrainement quasi sportif… donc, il faut s’entrainer c’est à dire se comporter comme un sportif ET son entraineur :

– séances de travail d’une durée précise et régulière

– mesurer les tempos et les durées des exercices.

C’est bête et méchant mais c’est un moyen assez rapide de progresser ET la chose la plus importante est de mesurer ses progrès. D’ailleurs, pour nous, les batteurs, c’est à peu près le seul domaine de travail dont on peut chiffrer ses progrès (par exemple : « je joue des triples pendant une minute en frisé à 90 alors que le mois dernier mon maximum était de 82″… je précise au passage, que si j’arrête de travailler, je vais retomber à 82 assez vite !! il faut le dire). Le fait que les progrès techniques soient mesurables est, au passage et à mon avis, une des raisons pour lesquelles beaucoup de batteurs ont un développement totalement inapproprié à la pratique de la musique. Je m’explique, c’est rassurant de voir qu’on fait des progrès dans un domaine, le risque est donc de se focaliser sur ce domaine et de laisser des côté des choses qui sont complètement PRIMORDIALES pour être musicien : la culture, le groove, le bon goût, le son…etc. C’est a mon avis pourquoi on voit tant de batteurs d’un niveau technique supérieur à beaucoup de monde, qui n’ont absolument aucun activité musicale… ils sont devenus des accros du travail technique. Dans quelle catégorie souhaitons nous être ?

 

 

La première chose que je fais quand je commence à bosser est de regarder l’heure ! Puis de décider vaguement d’une organisation. J’inclus dans mon timing un temps ou je joue ce que je veux, j’me fais plaisir, je joue ce qui me passe pas la tête. Puis j’attaque le truc que j’ai décidé de travailler, le truc du moment, etc…

Donc, pour revenir au programme de travail, je vous propose deux choses pour la partie « basique » que j’évoquais plus haut :

Pour le contrôle :

entre 60 et 80bpm : (5 minutes)

Même chose en roulé : (5 minutes)

Bien entendu, le métronome est ton ami. Pas d’accents.

Pour le muscle (celui des bras, pas celui qui est dans la tête) :

Je fais des séries de TRIPLES CROCHES (8 coups pas temps) avec le métronome, sans accents, PENDANT 1 MINUTE, et 10 secondes de repos. et je repas. Pendant les 10 secondes de repos, je m’étire et je secoue les mains. Et je fais cette alternance 1minute/10 secondes AU MINIMUM 10 FOIS. (j’utilise l’application  TEMPO de Frozen Ape qui permet de mettre un chrono sur le métronome, je règle sur 1min10… pratique).

Ce qui me permet de noter sur mon petit carnet qui sert de rapport de travail :

1′ à 80, 1′ à 80, 1′ à 83, 1′ à 84, 1′ à 82, 1′ à 86, 1′ à 86, 1′ à 86, 1′ à 88, 1′ à 88, 1′ à 88, 1′ à 90… et même si je fais  15 séries de 1minute toujours au même tempo, c’est quand même un vrai travail musculaire. De jours en jours l’effort diminue.

On pourrai imaginer de se faire un tableau avec des tempos et il suffirait de mettre des petits chiffres (ou des bâtonets, comme un prisonnier qui compte ses jours !!!) dans chaque case. Tiens, je viens d’avoir une idée pour le cours de pad de demain. (je m’absente de la rédaction de ce blog pour réaliser mon idée…… …….

 

…..

…)

Me revoilà, avec ça :

Pour vous prouver que ça marche, j’ai pris une photo de mon bras :

Avec juste 20 minutes de travail par jour .)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire