News and more

Hello les gens,

Quelques nouvelles :

Je fais partie désormais de l’équipe de batteurs « endorsés » par la magnifique marque de cymbales Murat Diril  (ici pour la France), et j’en suis ravi, pour un tas de raisons, dont la première est la qualité des cymbales, bien entendu, mais aussi parce qu’il y a plein d’idées communes pour développer notre collaboration, donc A SUIVRE !

J’ai pour l’instant à ma disposition un superbe set de la série MOSAIC (voir ici), j’adore, et une ride custom de 22 !!

didmurat012

 

Un petit aperçu de toutes les situations dans lesquelles je les ai mises depuis quelques semaines ;) ;)  (dans le désordre, jazz au Caillou du Jardin Botanique, Serge Moulinier Quintet à Maquiz’art, Christophe Maroye au Sortie 13, Yann Pénichou Jazz’o Bartho, France Bleu avec le spectacle Nougaro en 4 couleurs… plein d’autres à venir ;)

IMG_6183

IMG_6166
IMG_6033

 

J’ai également eu le plaisir de présenter un Master Class pour l’école Drum & Groove à Toulouse (j’ai prévu d’insérer quelques extraits vidéos ici… mais j’ai pas encore monté la vidéo avec le son… a venir, peut être ;)

Une autre nouveauté !! Les pdfs des trios et quartets de batterie (que j’ai écrit il y a un petit moment) sont ENFIN disponibles sur le site www.myDrumApp.com ici , et j’ai bien l’intention d’écrire plus de duos et trio et de les distribuer de cette manière.

Et pour finir, UN PEU DE TECHNIQUE, allez, courage, on se bat avec son frisé, le travail d’une vie hein !? donc voici une proposition :

singles-snap

téléchargez le pdf ici : singles

Un peu de musique quand même (où j’ai ressorti la Sonor Teardrop des sixties, avec les Murat Diril) :

 

La suite c’est : concerts à Paris et Londres pour la sortie du Disque du chanteur dbClifford qui m’a appelé pour l’occasion –> FUN. Puis une semaine avec le chanteur Stéphane Séva à Saint Barth (oui, Saint Barth), et ensuite quelques chouettes festivals pour cet été…

Allez, bon vent à vous ;)

 

FAQ-1…

Voilà une idée toute simple pour poster des choses sur ce blog ! Je suis régulièrement sollicité en cours ou en message privé (mail ou facebook) pour répondre à des questions, quelques fois simples, quelques fois plus tordues. Certaines d’entre elles reviennent régulièrement… j’ai décidé de partager, de manière anonyme le contenu de ces discussions, quand cela est possible. En voici une première : TROU ou PAS TROU sur une 18 ?
Q- Hello Didier sorry pour le dérangement tu peux juste me dire si à ton avis faut que je perce la grosse de 18 pouces j’ai récupéré une jazzette , la grosse caisse donne vraiment trop jazz enfin surtout un peu comme un canon , je cherche un son plus mat avec de l attaque et assez court au final , faut percer et mettre quelque chose dedans ou juste une question de réglage et de choix de peau à ton avis ?
R-« Salut, la réponse courte c’est qu’il ne faut surtout pas la percer et qu’il faut rien mettre dedans donc tout est dans le réglage.
Ensuite la réponse longue : 
tu peux très bien la percer, mettre une peau de frappe double (genre power stroke) et mettre de la mousse à l’intérieur… mais dans ce cas là, rien ne sert de prendre un 18… tu va manquer de son, tu aura certes un son punchy et court, mais pas de volume. Donc à mon avis cette solution ne présente pas d’intérêt et même au contraire, elle présente beaucoup de désavantages (si c’est pour avoir un son court, du punch et du grave, prends une 20…ou alors, voir en bas de l’article).
Donc à mon avis, si tu prends une 18×14, il faut jouer le jeu de la 18. C’est comme prendre une caisse claire piccolo en métal et chercher un son de Ludwig 6,5 en bois… pas très logique
Ce qu’il faut piger c’est que quand tu fais un trou, une grande partie de l’air qui est dans la grosse caisse sort directement, et donc empêche toute vibration, du bois et des peaux… c’est ce qu’on cherche pour un kick bien court… mais dans une 18 y’a plus assez d’air pour faire un peu de son.
Alors : le truc c’est de piger le fonctionnement de la peau de réso : plus c’est tendu, plus on raccourci le son, mais le prix a payer c’est qu’on diminue de grave. Donc par exemple en Jazz jazz, on tends la peau de résonnance à fond, parce que le grave, on s’en fou
ensuite si on veut un peu de grave, en général on utilise une bande de feutrine sur la peau de réso, come ça on peut avoir une peau tendue, mais pas trop, en on supprime l’harmonique aigue avec le feutre
pour la peau de frappe, si tu tends, faut vraiment être un jazzman pour réussir à jouer… donc, pas trop tendu
une peau « normale » ça fait très bien le boulot pour limiter la longueur de la note, soit on met un petit bout de tissu roulé en boule a côté de la pédale, ça coupe la longueur, soit encore on fait le coup de la bande de feutre.
moi, en général, je coupela bande en deux dans le sens de la longueur la bande, sinon c’est trop étouffé, disons que la bande peut faire 3cm de large.
Les exceptions : tu peux trouver sur le marché des grosses caisses de 18×16 (donc plus profondes que la jazzette typique)… ou même des mini grosses caisses de 16′ de diamètre… en général, elles font 16×16, des fois encore plus profondes. Là, clairement, le but du jeu c’est de récupérer du grave et de l’attaque, donc clairement, le but c’est de pas être trop « jazzette ». Le meilleur exemple c’est le modèle Manu Katché de chez Yamama : génial pour jouer du funk, une peaux étouffée (sans trou), un peu détendue, et baoum… en revanche, pour faire du Jazz jazz c’est bidon : j’ai longtemps essayé, et j’en suis arrivé à la conclusion que le problème c’est la profondeur.
En conclusion : une 18×14 sera heureuse sans trou, tu peux la faire chanter un peu (avec des peaux blanches simples et une ou deux bande de feutre), ou pas, mais plus tu cherches a la faire ressembler à une 22″, plus tu perdra de son.
Pour sonner « pas du toutjazz », une 18 ou même une 16 peu faire l’affaire, mais sans trou et en mettant des peaux faites pour ça. »

Les vieux…

Une petite reflexion issue de mon fil facebook… je la reposte ici pour la postérité ;) ;)….

 

Tonite @ the bistrobo w/ Yann Penichou (g), Timo Metzemakers (b) AND GUILLERMO ROATTA (congas), me(d)
https://www.youtube.com/watch?v=wmS2FGuv9us

Je ne peux pas ne pas vous dire ce que représente Guillermo Roatta pour moi, et donc l’honneur que c’est de partager très modestement un peu de musique avec lui (en plus, conga/batterie, on va rigoler, fun!).

Alors, voilà, il fait partie des musiciens qui étaient ultra actifs quand j’ai commencé à jouer à Bordeaux, et surtout quand j’ai commencé à travailler mon instrument et à m’intéresser au Jazz (oui, quand j’étais jeune). Les musiciens bordelais de l’époque (on parle du tout début des années 90) trouvaient que le nombre d’endroits pour jouer avait vraiment diminué… mais je peux vous dire qu’on est rendu à une situation désolante, bref, ce n’est pas le propos…

Il y avait alors un certain nombre de musiciens incroyables qu’on pouvait écouter toutes les semaines, et on y allait, j’en étais tout le temps ! Je retiens le Jazz Pub et les Argentiers mais il y en avait plein d’autres. Tout ce que je sais aujourd’hui des codes du Jazz (mais pas que), je l’ai appris en regardant (oui, en regardant, c’est important je crois) et en écoutant les « vieux » (no offense, ils n’avaient peut être pas l’âge que j’ai aujourd’hui, on est d’accord)… mais pas que des « vieux »… aussi quelques de gars de mon âge (1972 power, hein), tout simplement plus avancés que moi. Je pourrai citer tous les batteurs (pas uniquement de Jazz) Bordelais (ou de passage) qui m’ont appris à jouer sans le savoir… mais pour l’instant on parle de Guillermo : le SON du jazz, le swing, les cymbales, les nuances, les balais, le rôle du batteur dans telle ou telle situation, la joie de jouer, la simplicité (apparente), l’écoute, la culture, le savoir, les références, la MUSIQUE. Dans la musique comme dans la vie, ce ne sont pas ceux qui remuent le plus d’air qui laissent une empreinte forte.

Yo !

Quickie

Voir ça (notamment à 0:54) :

Puis ça (et du coup, s’abonner à la chaine du gars) :

Et du coup, bosser ça :

vinniesGiftSnapshot

version pdf : ici > VinnieGift

Merci Rob Brown, c’est quand même lui qui a fait le plus dur (moi j’ai juste retranscrit sur partitio, histoire de pas l’oublier)  ;)

Le batteur